Accueil Histoire Composition Célébrités Travaux Prix de l'Académie Comité 2002 

vers Accueil 

Célébrités 

Nous vous présentons une liste de personnages célèbres, dont le lieu d'origine dans les différents départements de l'Académie de Caen sera précisé.

Seront retenus dans des pages annexes, accessibles par des liens, ceux qui ne sont pas restés, en France tout au moins, aussi célèbres qu'ils le méritaient, soit du fait de l'oubli habituel, soit plus curieusement du fait de leur éloignement à l'étranger, où ils ont pu être des ambassadeurs, pourtant très honorés de la France.

On pense à St John de Crévecoeur, qui, très connu aux U.S.A, est oublié en France du grand public, et pourtant il existe une ville aux U.S.A, dans le Vermont, qui porte son nom.

Célébrité locale

Arcisse de Caumont (1802 Bayeux 1873) Archéologue- Fondateur de la Société Française d'Archéologie: Exemple d'une célébrité locale , mais aussi nationale.

Les personnages illustres, connus de tous 

Dés la création de l'Académie de Caen en 1652, un certain nombre d'hommes de lettres et de personnages importants, ayant des rapports avec l'Orne, ont fait partie de cette Académie; la tendance s'est poursuivie et même accentuée dans les périodes suivantes, si bien que l'on peut légitimement parler de l'Académie véritablement "bas-normande".
Pour la période pré- révolutionnaire

-Louis ( ou Pierre ) LE HAYER du PERRON (1603-1680 ), Conseiller et Procureur du Roi au bailliage d'Alençon, traducteur d'ouvrages espagnols et auteur de poésies françaises pieuses, mais aussi érotiques, ainsi que d'une tragi-comédie : "Les heureuses aventures".

-Hercules VAUQUELIN des YVETEAUX ( 1636-1716 ), descendant du fameux Bourgueville de Bras, et membre de la branche "Yveteaux" des Vauquelin, l'autre branche étant celle des Vauquelin de la Fresnay; l'origine de la famille est donc bien ornaise. Hercules deviendra intendant du Languedoc et du Roussillon, puis Marquis d'Hermanville; il est directeur de l'Académie en 1705.

- l'abbé Pierre CALLY ( 1630-1709 ), né dans le diocèse de Sées, deviendra professeur à Caen puis curé de Saint-Martin; il tente ( sans succès ) de rapprocher protestants et catholiques; ses conférences recueillent un grand succès. Il fait partie de l'Académie de Physique de Huet, puis de celle de Segrais.

- Claude-Adrien HELVETIUS (1715-1771 ), fermier général et ami des Encyclopédistes, premier académicien non titulaire, reçu en 1737, envoie en 1758 à l'Académie son ouvrage principal : " De l'esprit"; il avait acquis le château de Voré à Rémalard ( et y résidait de préférence ) ainsi que les châteaux voisins de Feillet et de Vaujours.

- M. ROUSSEL de la BERARDIERE, reçu en 1760, est avocat du Roi au bailliage de Caen et professeur en Droit; sa famille possède depuis le XIVe siècle dans le Domfrontais le château de la Bérardière à Saint-Bomer-lès-Forges, ainsi que les manoirs de Montpatry et de la Maigrère.

- en 1765, M. de SAINT-AIGNAN, neveu de l'évêque de Sées, est reçu associé; il a 20 ans !

- M. de BERNIERES, contrôleur général des Ponts et chaussées, est reçu, lui, en 1772; sa famille possédait à l'époque le château du Boële à Glos-la-Ferrière.

- un autre membre de la famille Roussel, M. Henri François Anne de ROUSSEL, médecin, né à Domfront, est reçu en 1778 et s'inscrit dans la lignée des grands médecins de la Faculté de Caen. Il retrouvera le fauteuil n° 3 dans l'Académie reconstituée après la Révolution.

- également en 1778, l'Académie reçoit aussi M. Pierre-joseph ODOLAND-DENOS, médecin à Alençon, historien, déjà associé à l'Académie de Rouen.

- un M. du PERRON, ingénieur des Ponts et Chaussées, a été reçu associé en 1760; peut-être apparenté à M. Le Hayer du Perron, un des premiers académiciens ?

La période post-révolutionnaire

fait apparaître un certain nombre d'autres personnages, dont on peut distinguer, entre autres, les noms suivants :

- René-Louis PRUDHOMME ( 1748-1840 ), né à Bellême, ingénieur des mines, membre titulaire car professeur à Caen jusqu'à sa retraite à 86 ans !

- M. LAUTOUR-DUCHASTEL, ancien procureur impérial à Caen (1811 ), mort à Argentan ( titulaire devenu associé-correspondant ).

- M. DUBOIS ( 1773-1855 ), né à Lisieux, bibliothécaire à Alençon.

- M. BOUFFAY ( 1748-1820 ), médecin, né à Villers-Bocage, mort à Alençon.

- l'homme politique ROEDERER ( 1754-1835 ), né à Metz mais mort dans l'Orne, après avoir été procureur général syndic du département de la Seine, puis membre de l'Institut, sénateur, comte de l'Empire et Pair de France.

- le célèbre médecin DESGENETTES ( 1762-1837 ), né à Alençon, médecin du Val de grâce, puis des Invalides, professeur à la Faculté de Médecine de Paris.

- M. GOUPIL de PREFELN, mort en 1831, fils d'un juge au Tribunal d'Alençon; lui-même était commissaire près le Tribunal d'Argentan, député de l'Orne en 1799 avant d'être procureur à Caen.

- le vicomte Le PREVOST d'IRAY ( 1768-1849 ), né à Iray près de Mortagne, membre de l'Institut.

- M. MANOURY d'ECTOT, à Argentan.

- le Docteur Isidore BOURDON ( 1796-1861 ), né à Merry dans l'Orne, membre de l'Académie de Médecine.

- M. Cyprien BRARD, né à L'Aigle, auteur d'ouvrages de minéralogie et de géologie.

- M. ODOLANT-DESNOS, homme de lettres à paris, cité dans les années 1830-1850, probablement parent ( fils ? ) de l'historien du XVIIIe siècle.

- M. Jean-Frédéric GALERON ( 1794-1838 ), né à L'Aigle, mort à Falaise, membre de la Société des Antiquaires de Normandie.

On peut encore citer plus près de nous :

- M. de la SICOTIERE, avocat à Alençon, sénateur en 1875.
- M. CHARPENTIER, Dr de l'École Normale d'Alençon.
- M. DUPRAY la MAHERIE, substitut d'Argentan.
- M. Le TOUZE, juge d'instruction à Domfront.
- M. LAURENT, professeur de rhétorique à Argentan.
- M. CLOGENSON, ancien Préfet de l'Orne.
- M. DUPONT, procureur impérial à Mortagne.
- M. LEVAVASSEUR, homme de lettres à Argentan ou à la Lande de Lougé ( élu en 1855 et encore présent en 1890 ).
- M. VIMONT, professeur à Argentan.
- M. LEMAITRE, président du Tribunal à Argentan.
- M. VAUGEOIS, à L'Aigle, doyen honoraire de la Faculté de Droit de Caen.
- M. Germain LACOUR à Cuigny ( Orne ) élu en 1887, et encore présent en 1918.
- M. GOSSEY, de l'Université de Lille, directeur de l'École Supérieure d'Argentan.

 

Les académiciens de la Manche

Dès la création de l'Académie de Caen en 1652, un certain nombre de personnages importants en rapport avec la Manche, ont fait partie de cette Académie, si bien que l'on peut légitimement parler de l'Académie de Caen comme d'une académie véritablement bas-normande.

- Jacques de CAILLIERES ( ou CHALLIERES ), né à Torigny, gouverneur de Cherbourg dès 1644, fait partie des académiciens fondateurs; il avait épousé Madeleine Potier de Courcy; leur fils François, diplomate et académicien français, sera l'un des négociateurs de la paix de Ryswick; leur autre fils Hector mourra vice-roi de la Nouvelle-france.
De son oeuvre majeure : l'"Histoire du maréchal Jacques II de Matignon et de tout ce qui s'est passé depuis1547 jusqu'en 1597", publiée en 1661, Chapelain a dit le plus grand bien, louant notamment le style "net, facile, coulant".

- de Torigny viennent également les GOYON-MATIGNON qui ont très momentanément pris en charge l'Académie après la mort du fondateur en 1674 : François, lieutenant général des armées du Roi ( 1607-1675 ) et surtout son fils et adjoint : Henri (1633-1682 ).

- Pierre-Daniel HUET, membre éminent de l'Académie de Caen dès l'origine, apparaît dans l'histoire de celle-ci. (1630-1721 ).

Antoine de Garaby de la Luzerne Estienville, autre membre fondateur est né et mort dans la Manche; il a étudié à Caen sous la direction de Antoine Halley et il compose des essais poétiques et des satires : il est l'auteur du fameux sonnet en l'honneur de la maison de Moisant à Bernières-sur-mer : La Luzerne :

.... la maison de Brieux, seule à perte de vue
Découvrant à tous vents l'un et l'autre côté
De parcs, de promenoirs, de coteaux dépourvue
Règne dessus Bernières avec liberté

Moisant lui répond avec esprit :

.... mon logis s'élève dans les nues
et seul se laisse voir en toute liberté
..

GARABY de la LUZERNE, généreux et bon est une sorte de Montaigne normand, caractérisé par une totale liberté de langage et un dédain profond des intrigues comme de la politique.

- Daniel le SENS de MONS ( 1662-1741 ), personnage singulier et attachant, d'abord choisi comme secrétaire de l'Académie sous la direction de Regnault de Segrais, puis devenant colonel d'un régiment à son nom. Ce régiment s'opposera dans le Cotentin en 1703 aux anglais, plus tard ce personnage se retrouvera maire de Caen. Né protestant, mort catholique, cet élégant sybarite va fonder la Société dite "thélémite" ( privilégiant l'honnête volupté ).
- Guillaume PYRON ( 1637-1684 ), ami de P.D. Huet, est né dans la Manche; son appartenance à l'Académie reste douteuse, ou en tout cas très brève.

- au XVIIIe siècle :

 en 1740, M. HUE de CALIGNY de CRUNINGUE, issu d'une famille d'ingénieurs ayant fortifié le nord et l'ouest de la France, lui-même ingénieur ordinaire du Roi, est commandant en chef à La Hougue. Un autre membre de sa famille sera également académicien caennais au XIXe siècle.
- en 1754, le chevalier Charles de BRUCOURT, (1712-1755 ), né près de Valognes, lieutenant aux gardes françaises, chevalier de Saint-Louis, ainsi que M. de la SOUDEXTRIE, conseiller en la cour des monnaies de Saint-Lô.
- en 1759, M. le MENUET, curé de Moon-sur-elle, près de Cerisy-la-forêt, lauréat du prix de l'Académie ( attribué pour la première fois par l'intendant Fontette ) sur le sujet suivant : "est-il plus nuisible qu'avantageux de planter en Normandie des pommiers destinés à produire du cidre dans une bonne terre propre au labour.?"
en 1762, Élie de BEAUMONT, connu pour son action en faveur de Callas et de Sirven, est reçu associé; il est né à Carentan.
- en 1774, l'abbé Jacques-François DICQUEMARE, naturaliste et professeur au Havre, qui est dit "membre de la Société Académique de Cherbourg".
- en 1776, M. GROULT, procureur du Roi à Cherbourg, qui lèguera sa bibliothèque, ses plans et ses cartes, à la Société Académique de Cherbourg.
- en 1777, Charles-Gaspard-Toustain de RICHEBOURG, major de cavalerie de Cherbourg, et Gilles-Pierre AVOYNE de CHANTEREINE, un des fondateurs de la Société Académique de Cherbourg.
- en 1778, M. BEGUIER, ingénieur en chef à Cherbourg.
- en 1785, Sébastien HUET de GUERVILLE, petit-neveu de l'Évêque d'Avranches, membre de la Société Littéraire de Cherbourg.

Pour la période post-révolutionnaire

- de Saint-Lô, MM. HOUEL ( ex inspecteurs des haras ), CASTEL ( agent-voyer chef ), BLAISOT, juge au Tribunal civil, GUILLOT, conservateur du Musée, DERIES, inspecteur de l'Académie.
- de Cherbourg, le célèbre maire LIAIS, DELACHAPELLE, ( secrétaire de la Société Académique -
- d'Avranches, M. Le HERICHER, président de la Société Archéologique d'Avranches, LAISNE, de BEAUREPAIRE.
- de Coutances, M. Paul BLIER, LETERTRE et QUENAULT.
- de Valognes, les abbés TOLLEMER et LECACHEUX, et M. DELALANDE.
- et d'ailleurs M. César de PONTGIBAULT, ESMIEU, DAMECOUR, ou SAUVAGE.

Tous ces noms et un certain nombre d'autres confirment l'intérêt suscité dans la Manche de l'Académie de Caen.