Accueil Hôtel d'Escoville

Hôtel du "Grand Cheval" 

                                                                      
Tympan de Porte

Pourquoi le Grand Cheval ?

La porte d'entrée de l'hôtel était ornée dans son tympan d'un remarquable bas-relief qui représentait "un homme à cheval, en petit, sur un tas de corps morts et des chevaux que des oyseaux mangent, il est tourné du côté de l'orient ... et, au-devant de luy le faux profette y est représenté, et le dragon à plusieurs testes et des cavaliers contre lesquels le cavalier semble aller. Il tourne la teste en derrière, comme pour voir la représentation du faux profette et du dragon qui entre dans un vieux château, d'où il sort des flammes, dans lesquelles ce faux profette est desja à moitié corps".

Ce bas-relief était surmonté par un "grand cheval en l'air ayant des nuées soubs ses pieds de devant. L'homme qui est dessus avoit une espée devant lui mais elle n'y est plus. Il tient en sa main droite une longue verge de fer; au-dessus de luy et derrière luy il paroist en l'air des cavaliers qui le suivent et devant luy et au-dessus un ange dans le soleil ... Il y a de l'écriture sur la cuisse du grand cavalier et à plusieurs endroits comme le roys des roys, le seigneur des seigneurs et autres tirés du XIXe chapitre de l'Apocalypse."

On peut avoir une idée de cette décoration en étudiant le tympan de la porte du pavillon sud, au fond du vestibule.

Toutes les décorations de l'hôtel ont donné lieu à de nombreuses interprétations; elles sont inspirées de quelques versets de l'Apocalypse de Saint Jean et traduisent des scènes macabres rappelant un drame ou un fait sanglant que l'on peut sans doute interprété comme la traduction d'une vengeance divine ou l'allusion aux horreurs de la guerre, comme le traduit clairement le cavalier dont la monture piétinait un amoncellement de cadavres d'hommes et de chevaux.

Pour tout renseignement complémentaire, consulter dans les Mémoires 1995 la communication de Mr Bernard Beck