Accueil  Histoire

Jacques MOISANT de BRIEUX (1611-1674)  

Il est certes important de replacer Moisant dans son environnement social et familial, cette étude témoignant, en outre, dans le cas présent, d'une ascension sociale exemplaire sous l'Ancien Régime.

La famille Moisant était originaire de Bretagne, où elle avait donné des Conseillers au Parlement, des Sénéchaux, des Lieutenants Généraux, ainsi que quelques soldats et membres du Clergé. Au XVIe siècle, on trouve à Rouen Nicolas de Moisant de confession protestante (on disait la R.P.R., religion prétendue réformée ) qui a amassé une solide fortune dans le commerce du drap. Rouen est alors la deuxième ville du royaume et l'une des plus actives.

Ce Nicolas Moisant est l'arrière grand-père de Jacques; un autre Nicolas, le grand-père, épouse en 1555 Catherine Péronne de Dieppe. Un de leurs onze enfants, Guillaume, vient s'installer à Caen, y poursuit le commerce du drap et finit par acheter la plus belle maison de la ville : l'Hôtel d'Escoville, dit du Grand Cheval, en raison d'un remarquable sujet décoratif ( détruit en 1793 ) représentant le cavalier de l'Apocalypse et ornant le fronton de la porte d'entrée.

De son mariage avec Marthe Soyer de Dieppe en 1605 naîtront deux filles et un garçon : Jacques.

L'alliance Soyer représente pour Guillaume Moisant une très belle union qui rend compte de la situation florissante du mari. Le milieu qui entoure Moisant comporte des hommes de robe, titulaires d'offices, bourgeoisie riche ou noblesse récente, tous gens actifs, entreprenants, désireux de s'élever dans l'échelle sociale et par ailleurs protestants, donc membres d'une minorité soucieuse d'une solidarité agissante.

Pour ce qui concerne Guillaume Moisant, il achète en 1618 la terre de Brieux près de Caen et s'appellera désormais Moisant de Brieux. Il meurt en 1624,

Vie de Moisant de Brieux(suite)

1 2 3 4